Je m'ennuie, je me fais chier, je m'emmerde

175 membres inscrits
Pourcentage de filles inscrites 34.9% Pourcentage de garçons inscrits 34.3% Pourcentage d'inscrits non définis 30.8%
4 en ligne


Pas encore inscrit ?


Derniers commentaires :

BlBoy30  Il y a 1h et 34min :
Yep ça vos mieux, je suis pas dans les délires progressiste ;) Voir
Carnéade   Il y a 1h et 45min :
Ah merde ! Je passe mon tour alors Voir
Carnéade   Il y a 20h et 31min :
🌞🌄🌃🌖 Voir
Un inconnu  Il y a 20h et 36min :
toujours éveillé... Voir
Carnéade   Le 18/07/2019 à 1h37 :
Ça donne quoi quand t’as le crâne retourné, un ... Voir

 Un•e chaise de jardin (1968 ans) le 20/06/2019 à 2h10
Quand le pseudo-destin* place inopinément* sur votre route « L'Euphorie perpétuelle » (de Pascal Bruckner) et qu'il vous propose de répondre à cette fameuse question EXISTENTIELLE !!!!!^^ du moins, pour ceux qui se questionnent encore...enfin, qui se triturent l'esprit sur une question oh combien...à défaut d'avoir trouvé l'adjectif adéquat, je vais vous exposer la fameuse question...ainsi que sa réponse (dans un commentaire annexe car l'éventuelle limite de caractère me préoccupe. Aussi, je tiens à ce que vous ayez l'impression que ce message aie fait réagir...je tente peut-être de m'en persuader ou simplement de brandir mon pseudo pour me retirer de l'anonymat quoiqu'il y a un certain charme à tenter d'associer tel message à tel utilisateur sur base de critères restreints...ça demande d'observer chaque nuance...)

pseudo-destin/inopinément*: S'il on considère que trouver un livre dans une bibliothèque relève de l'extraordinaire...il faut bien avouer que dans cette multitude de bouquins, la probabilité de tomber sur celui-ci...Mais quand on considère la quantité d'objets présent dans cette bibliothèque, j'aurais pu repartir avec un stylo...ou une simple page...ce qui aurait multiplié les probabilités de ne pas tomber sur les pages concernées...
Contacté•e 0 fois. (Ne s'ennuie plus)
Une personne a compati.
5 personnes ont aimé ça.5

Barnabus SwainBarnabus Swain le 20/06/2019 à 3h53
#1
Alors voilà...
« SUR LA FORMULE : ÇA VA ?

Comment allez-vous ? Les hommes dans l'histoire ne se sont pas toujours salués de cette façon : ils invoquaient sur eux la protection divine et l'on ne s'inclinait pas devant un manant comme devant un chevalier. Pour que la formule » ça va ? « apparaisse, il faut quitter la relation féodale et entrer dans l'ère démocratique qui suppose un minimum d'égalité entre des individus séparés, soumis aux oscillations de leurs humeurs. Une légende veut que cette expression, en français du moins, soit d'origine médicale : comment allez-vous à la selle ? Vestige d'un temps qui voyait dans la régularité intestinale un signe de bonne santé.
Cette formalité lapidaire, standardisée répond au principe d'économie et constitue le lien social minimal dans une société de masse soucieuse de réunir des gens de tous horizons. Mais elle est parfois moins de routine que d'intimation(j'avais juré lire » intimidation") : on veut contraindre la personne rencontrée à se situer, on veut la pétrifier, la soumettre d'un mot à un examen approfondi. Où en es-tu ? Que deviens-tu ? discrète sommation qui ordonne à chacun de s'exposer dans la vérité de son être. Car il y a intérêt que ça aille même si l'on ne sait pas où ça va dans un monde qui fait du mouvement une valeur canonique.
Barnabus SwainBarnabus Swain le 20/06/2019 à 4h13
#2
(suite...)En quoi le « ça va » machinal qui ne demande pas de réponse est plus humain que le « ça va ? » plein de sollicitude de celui qui veut vous mettre à nu, vous acculer à un bilan moral. C'est que le fait d'être désormais ne va plus de soi et nécessite une consultation permanente de son baromètre intime. Est-ce que je vais si ben après tout, est-ce que je n'enjolive pas ? De là que beaucoup éludent et coupent court, supposant à l'autre assez de délicatesse pour déchiffrer dans leur « ça va » un discret abattement. Terrible à cet égard cette locution du renoncement : « on fait aller » comme si l'on était réduit à laisser les jours et les heures circuler sans y prendre part. Mais pourquoi faudrait-il que ça aille après tout ? Tenus journellement de nous justifier, il arrive souvent que nous relevions d'une autre logique. Tellement opaques à nous-mêmes que la réponse n'a plus de sens même à titre de formalité.
« Tu as l'air en pleine forme aujourd'hui. » Tombant sur nous à la façon à la façon d'une coulée de miel, ce compliment a valeur de consécration : dans le face-à-face des radieux et des grincheux, je suis du bon côté. Me voici, par la magie d'une phrase, placé au sommet d'une hiérarchie subtile et toujours mouvante.
Barnabus SwainBarnabus Swain le 20/06/2019 à 4h32
#3
(suite...et fin.)Mais le lendemain un autre verdict tombe, impitoyable : « Comme tu as mauvaise mine. » Ce constat me fusille à bout portant, m'arrache à la position splendide où je me croyais installé pour toujours. J'ai démérité de la caste des magnifiques, je suis un paria qui doit raser les murs, cacher son teint brouillé à tous.
En définitive « comment ça va ? » est la question la plus futile et la plus profonde. Il faudrait pour y rétorquer avec exactitude procéder à un inventaire scrupuleux de son psychisme, à de minutieuses pesées. Qu'importe : il faut dire que oui par politesse, civilité et passer à autre chose ou ruminer la question une vie entière et réserver sa réponse pour après."

Je vous laisse donc le soin de ruminer la question...ne vous voilà pas bien avancé(s)...et bien, j'espère au moins que cela aura suscité votre intérêt...m'étant appliquée à retaper chaque caractère...et n'étant pas particulièrement efficace pour coordonner mes mouvement...mais n'ayez crainte, ça va...quand bien même ça n'irait pas...mais qu'est ce qui va..? Le « ça »..?
Barnabus SwainBarnabus Swain le 20/06/2019 à 4h41
#4
(je m'aperçois avoir oublié des pluriels... « objets présent » et « mes mouvement » je pourrais inventer milles et unes hypothèses farfelues pour justifier ces oublis...comme ma vision étriquée qui ne me permet pas de voir plusieurs objets simultanément...ou encore mon mouvement unidirectionnel qui m'empêche justement de parcourir de nouveaux horizons et d'ouvrir mon regard...simples hypothèses...)
SorenceSorence le 22/06/2019 à 16h06
#5
Moi aussi je lis du Pascal Bruckner en ce moment ! « Le fanatisme de l’apocalypse »
Barnabus SwainBarnabus Swain le 22/06/2019 à 23h24
#6
Oh, j'espère qu'il est intéressant...peut-être m'y aventurerais-je un jour...il a le don de trouver des titres affriolants, merci du partage ! Et bonne journée..? ou soirée..?
SorenceSorence le 23/06/2019 à 0h18
#7
Vu l’heure, je dirais « soirée » ! Intéressant oui, je ne souscris pas à toutes ses envolées mais il y a des passages percutants.





Stopennui - CGU - Contact