Je m'ennuie, je me fais chier, je m'emmerde

927 membres inscrits
Pourcentage de filles inscrites 33.5% Pourcentage de garçons inscrits 35.5% Pourcentage d'inscrits non définis 31%
4 en ligne


Pas encore inscrit ?

Derniers commentaires :

Céline  Le 24/09/2020 à 15h53 :
Ca m'aurait bien plu mais j'arrive trop tard... Toujours dans le ... Voir
Jenesaispasquoi  Le 21/09/2020 à 10h29 :
Salut :) Toujours envie de discuter ? Voir
Contraste  Le 21/09/2020 à 5h22 :
3 mo 1 faute Voir
Contraste  Le 17/09/2020 à 21h15 :
Bonsoir, j'en ai rien à foutre Voir
Carnéade  Le 17/09/2020 à 14h13 :
Qui a parlé de mérite ? Le check est une marque de ... Voir

 Une fille (25 ans) le 19/01/2020 à 7h12
Ce soir-là comme tant de précédents, il est allé traîner dans le quartier des boîtes de nuit, marchant de sortie en sortie sans jamais passer de porte. Il avait trop peur des bars, des fêtards et des gens heureux, de la lumière, du gros son et de l’odeur de sueur. Il avait peur de bouger son corps, de le bouger mal ; de ne pas savoir le bouger, et de rester immobile. Il craignait l’impair, le mauvais geste, sous tous ces regards qu’il angoissait braqués sur lui. Craignait qu’on le rejette.
Au long de la nuit il a enchaîné les rues, musardant du côté des fumeurs. Dans sa poche, un paquet de cigarettes. Qui s’est vidé au fur et à mesure qu’on le taxait, tandis il répondait avidement : « oui », « bien sûr », « tiens », « voilà du feu ». « Bonne soirée ».
Ces derniers mots lui causaient une intense déception, qu’il masquait pour garder l’air normal. Les émotions hurlaient derrière sa façade, lui ne savait même plus comment les appréhender. Il rêvait qu’un soir la conversation s’enchaîne, qu’on lui demande qui il était, d’où il venait, qu’on l’invite danser. Dans son piège de passivité, il ne savait que présenter les éléments et espérer qu’on les saisisse. S’avancer lui-même ? S’éclater, faire une folie ? S’exposer au ridicule, risquer la chute : il n’en était plus capable. Il ne savait que les petits pas, le silence, l’attente, l’espoir. Calculs sociologiques et vains sur les probabilités qu’un jour, quelqu’un tombe du ciel et le prenne par la main.
Contactée 7 fois. (Ne s'ennuie plus)
3 personnes ont compati.
7 personnes ont aimé ça.7
BuzzBuzz le 17/02/2020 à 15h43
#1
Salut joli texte bien écrit. Je m'y suis reconnu globalement. C'est sympa.




Stopennui - CGU - Contact