Je m'ennuie, je me fais chier, je m'emmerde

491 membres inscrits
Pourcentage de filles inscrites 35% Pourcentage de garçons inscrits 36.9% Pourcentage d'inscrits non définis 28.1%
5 en ligne, dont un inscrit


Pas encore inscrit ?

Derniers commentaires :

Sprot  Il y a 2h et 34min :
Un peu radin.. Voir
Kraline  Il y a 2h et 59min :
Nettoie la merde ça passera le temps. Voir
Contraste  Il y a 13h et 24min :
J'ai pas compris le but de ce truc et j'ai un soucis avec la ... Voir
Contraste  Il y a 13h et 27min :
Un thé récent Voir
Carnéade  Il y a 20h et 32min :
Asphyxie = très difficile au début, puis l’on est ... Voir

 Une fille (24 ans) le 22/01/2020 à 1h33
Il s’est manifesté dans mon existence par un petit logo bleu : « nouveau message ». Et pendant deux, trois semaines, nous avons échangé des phrases sans suite, doublement ennuyés par une conversation qui n’avait pas de sens, pas de but, mais aussi déçus de notre propre incapacité à créer le contact ultime, la rencontre parfaite et décisive.
Nous n’étions, tous les deux, que deux zonards d’internet, des pauvres cœurs sans résonnance, errants sur la toile des frôlements infinis. Quotidiennement nous lancions deux grappins, trois dans les bons jours, à des inconnus comme nous, dont nous ne savions que les pseudos, l’avatar parfois, et quelques phrases introductives : des prétextes.
Et nous n’avions rien à nous dire. Mais nous continuions quand même. Chacun de notre côté nous espérions qu’une lumière pointe, disant : « enfin ! J’ai trouvé un frère, une sœur, sur internet ». Et alors nous ne nous quitterions plus.
Nous savions qu’il y avait quelque-chose à faire – de nous deux. Mais nous ne trouvions pas le chemin. Et ce tchat affichait plus notre incapacité, nos vides et nos blancs, que la vraie conversation, le partage d’âme, dont nous aurions voulus déborder.
Nous étions tristes. Également secs.
Alors nous avons laissé tomber.
Contactée 6 fois. (Ne s'ennuie plus)
3 personnes ont compati.
2 personnes ont aimé ça.2




Stopennui - CGU - Contact