Je m'ennuie, je me fais chier, je m'emmerde

491 membres inscrits
Pourcentage de filles inscrites 35% Pourcentage de garçons inscrits 36.9% Pourcentage d'inscrits non définis 28.1%
2 en ligne


Pas encore inscrit ?

Derniers commentaires :

Sprot  Il y a 3h et 48min :
Un peu radin.. Voir
Kraline  Il y a 4h et 12min :
Nettoie la merde ça passera le temps. Voir
Contraste  Il y a 14h et 38min :
J'ai pas compris le but de ce truc et j'ai un soucis avec la ... Voir
Contraste  Il y a 14h et 41min :
Un thé récent Voir
Carnéade  Il y a 21h et 46min :
Asphyxie = très difficile au début, puis l’on est ... Voir

 Un garçon (29 ans) le 09/09/2019 à 5h29
Un frisson d'effroi me parcourt l'échine à l'idée de devoir écrire ici quelque chose alors que je n'ai rien de plus à dire que quiconque pour sauver le monde. L'ennui continuera de saisir toute personne qui voudra bien lui ouvrir ses portes par paresse, lucidité, angoisse, c'est selon le courant philosophique.

Pudiquement caché derrière mes sarcasmes se trouve le vertige du temps présent, passé et futur, lorsque je pense à ces milliards d'êtres humains trainant de vies en vies tout ce qu'ils auront trouvé pour remplir la grande baignoire percée qu'est l'humanité.

Au bout du compte, tout disparaîtra mais ça n'a pas davantage d'importance que chaque instant qui disparaît à chaque instant. Pratiquer la photographie permet de jouer avec ce paradoxe en permanence. C'est magique comme le fait de voler de la lumière aux gens allonge un peu l'espérance de vie de l'instant autant qu'il met en évidence le caractère totalement futile et éphémère de chacun d'eux.

En âge de tortue des Galapagos, je suis en plein dans la crise de la cinquantaine, peut-être que ceci explique mes élucubrations existentielles. Mais rien n'est tranché ; un sage me demandait tantôt, imbibé d'éthanol : à quoi bon vivre l'instant si rien ne dure ? J'ai répondu que le vin était une excellente raison de laisser la mort choisir à notre place.

Si le nihilisme est l'absence de valeur dans tout, alors aucune décision n'aurait assez de valeur pour déterminer s'il faut en finir ou se laisser virevolter au gré des vents comme ce prospectus de Mamadou, grand professeur voyant sur rendez-vous, jeté, de rage, hors d'une boîte aux lettres, errant de rues en rues. De fait, l'absence de choix mène à la seconde option, par défaut. En venant ici, je retrouve ce plaisir d'errer sans savoir ce qu'il adviendra.

Bien sûr, il est probable que je divague, il est encore très tard dans mon hémisphère.
Contacté 4 fois. (Ne s'ennuie plus)
2 personnes ont compati.
2 personnes ont aimé ça.2




Stopennui - CGU - Contact